L’histoire

A l’époque Celto-Grecque, Roquefort était un arrière-poste des ports de Marseille et de Cassis. Cette fortification fut ensuite reprise par les Romains qui la nommèrent «  Rocca Fortis ».

Au Moyen-Age, la terre de Roquefort faisait partie de la Baronnie d’Aubagne appartenant aux Princes des Baux. L’immense patrimoine de cette maison, resté sans héritier en 1425, fut recueilli par la couronne de Provence, et c’est à la suite d’un échange intervenu en 1470 entre le Roi René et les évêques de Marseille que ceux-ci devaient entrer en possession de la Baronnie d’Aubagne.

En 1568 l’évêque Pierre de Raguenau céda Roquefort à Pierre de Beausset dont les descendants conservèrent cette terre jusqu’en 1812, date à laquelle elle fut achetée par le Général Comte de Gardanne, aïeul par alliance des propriétaires actuels, la famille de Villeneuve Flayosc.

L’histoire de Roquefort nous renseigne aussi sur son économie dans le passé. Si de nos jours l’exploitation forestière, l’élevage du ver à soie, les attelages de boeufs ne sont plus que des souvenirs, la vigne reste comme autrefois la principale culture du domaine.

Un inventaire des terres et du Château dressé en 1811 mentionne de nombreuses plantations de vignes en oullières et une cave voûtée de 31 mètres de longueur ( construite en 1734 ) contenant : «  une vaisselle vinaire composée de 46 foudres cerclés de fer tous montés sur leurs cadastres en pierre froide, de la capacité ensemble de 1398 hectolitres et 76 litres... »

En 1995 cette même cave séculaire a été entièrement restaurée et dotée d’un chai de vinification moderne. L’histoire continue...

Vignoble et Encépagement

Aujourd’hui, notre vignoble s’étend sur 24 ha. de sols argilo-calcaires. L’encépagement est constitué par les cépages traditionnels de notre région : Grenache Noir, Syrah, Cinsault, Mourvèdre, Carignan, Clairette, Rolle (Vermentino) Ugni.

Pour un tiers, nos vignes ont plus de 40 ans, pour un tiers entre 15 et 40 ans et pour un tiers entre 1 et 15 ans.

Depuis le massif de la Sainte Baume qui culmine à une altitude de 1042 m., le relief vers la mer est formé de longues chaînes montagneuses et de hauts-plateaux. Ici, nous cultivons la vigne à une altitude de 350 à 390 m au creux d’un imposant cirque rocheux sur des terrasses et des terrains en pente.

Cet environnement sauvage et précieux nous favorise par un microclimat très avantageux créé par l’altitude du terroir - et par une légère influence marine.

Par nos choix de culture, nous nous efforçons de maintenir les équilibres de la nature : travail des sols, fumure organique, protection phytosanitaire naturelle, pas d’insecticides ni produits de synthèse etc ...